logo lol logo ac_poitiers
Vous êtes ici : Accueil > Lycéens, Etudiants et Parents > Vie du lycée > Activités culturelles > De l’art médiéval au street art
Publié : 15 juin

De l’art médiéval au street art

La classe de 2GT3 a participé à un projet culturel, initié par Mmes Banessy et Neveux, sur la découverte des graffitis de l’époque médiévale à nos jours. Cette action a permis la découverte du patrimoine local et la réalisation d’une exposition valorisant le sens créatif des élèves, comme en témoignent les deux articles suivants :

Les graffitis médiévaux de l’Hôpital des Pèlerins par Gabin Plantet

PNG - 236.1 ko

Dans le cadre du projet « Art et Patrimoine », initié par Madame Banessy, animatrice culturelle et Madame Neveux, référent Culture, la classe de 2GT3 a pu, lundi 19 et mardi 20 Mars 2018, aller étudier les graffitis de l’ancien hôpital. Accompagnés de M. Philippe Moreau et M. Daniel Bernardin, président et vice-président du GRAHT (Groupe de Recherches Archéologiques et Historiques Tolvère).

Arrivés à l’Hôpital, les élèves ont pu découvrir des graffitis. Suite à cela, ils ont pris de la pâte à mouler et ont pu, après un étalage de plâtre, voir les dessins de plus près et plus nettement. A la suite de cet exercice de pratique, les élèves ont écouté le récit de l’histoire de Hôpital des pèlerins sous la narration de Daniel Bernardin.

Le lendemain, tout le groupe s’est retrouvé dans la classe de Mme Neveux, professeur d’Histoire au lycée Émile Combes, pour une rétrospective sur les compagnons et les pèlerins, leurs chemins et leurs règles. L’exposé fut d’un grand intérêt pour la culture générale des élèves.

PNG - 92.3 ko

Le Mardi après- midi, une seconde sortie fut organisée à l’Hôpital pour découvrir tous les graffitis de la voûte et des murs externes de l’enceinte. Ainsi, malgré les rénovations de l’hôpital datant de 2004, les graffitis sont restés tels quels depuis leurs inscriptions datant de centaines d’années pour certains.

La classe a apprécié ce projet qui lui a permis d’aborder l’Histoire différemment. Le projet se poursuit avec la réalisation d’une exposition des travaux réalisés, le Vendredi 6 Avril au Lycée Émile Combes.

Le voyage temporel et artistique par Amaury Laroche Bernard

C’est à l’initiative de Sandrine Banessy, animatrice culturelle et de Madame Neveux, professeur et référente Culture que la classe des 2GT3 a découvert durant une semaine un univers encore inconnu pour la plupart des élèves, le graphisme. Mais, pas n’importe lequel. Il ne s’agit pas de celui que l’on peut apercevoir sur des rampes de skate-board ou sur des murs de la ville.
Il s’agit bel et bien d’un graphisme remontant au Moyen-Âge, qui a demandé beaucoup de travail à la classe pour donner à la fin, un résultat plutôt convaincant.

Déroulement des activités
Avant de débuter les activités de graphisme, les élèves de la classe de Madame Neveux sont allés rejoindre un groupe associatif « GRAHT » spécialisé dans la découverte de dessins datant du Moyen-Âge sur des monuments anciens. Cette rencontre a débuté un lundi matin pluvieux, à l’Hôpital des Pèlerins de Pons, et s’en est suivi tout une série d’activités. Tout d’abord, les élèves ont essayé de reproduire sur du papier des dessins qu’ils distinguaient sur des murs datant de l’époque médiévale.
Ils ont ensuite suivi les indications des intervenants du GRAHT pour retranscrire le dessin mural sur une sorte de pâte à modeler, pour ensuite donner une série de reproduction d’œuvres sur pierre.
La suite des activités s’est déroulée en classe au lycée avec cette fois ci un intervenant spécialisé dans le graphisme, Sébastien. Au programme, reportages sur l’histoire du graphisme, activités manuelles pour être prêt pour l’exposition des pierres gravées, devant les parents d’élèves.

Début des activités en classe
Lors de la première séance en classe, les élèves ont pu visionner un reportage américain sur l’histoire et l’importance du graphisme outre-Atlantique, le « street-art ».
Au fil des heures, les élèves ont cherché des images sur Internet de bateau, de personnages ou encore d’avions pour ensuite les découper comme il se doit, afin de pouvoir les poser sur un morceau de pierre et les recouvrir de peinture en spray, pour enfin découvrir les traits des dessins sur la pierre. Chaque pierre a le droit à son ou ses dessins.
Après cette première étape, les élèves font face à une tâche un peu plus fatigante et contraignante. Il faut graver les traits de peinture dans la pierre pour ensuite les peindre avec un petit pinceau pour rendre un effet réel et ancien à l’œuvre. C’est à ce moment là que les élèves ayant pris une image avec trop de détails, regrettèrent leur choix. Mais tant pis, il faut avancer, l’exposition approche.

PNG - 342.9 ko

Étape n°1 de la gravure, les élèves ont peint leurs dessins avec l’artiste grapheur sur pierre.

PNG - 147.8 ko
PNG - 149.9 ko

Étape n°2 de la gravure, les élèves creusent la pierre. Étape finale, la pierre est terminée.
C’est avec l’aide de l’intervenant culturel Sébastien, de Sandrine Banessy et de Madame Neveux que les élèves arrivèrent enfin à bout de cette première expérience en la matière. Les élèves laissèrent les pierres gravées dans une pièce discrète du lycée en attendant l’exposition.

L’exposition
Après avoir travaillé en groupe et avoir passé des matinées et des après-midi entiers sur ces pierres, la classe peut enfin lâcher prise, l’exposition approche. Elle se déroula au troisième étage du lycée dans une pièce lumineuse et entièrement vitrée où l’on peut apercevoir une belle partie de la cité pontoise. Les pierres sont réparties dans la pièce carrée, les professeurs sont là, prêts à « ouvrir les portes ». À 17h, les premiers parents font leur apparition, les frères et sœurs des élèves mais aussi un ensemble du personnel du lycée.

PNG - 442.7 ko

Salle d’exposition des œuvres d’où l’on peut apercevoir la ville de Pons.
Cette petite et riche initiation touche à sa fin, du repos s’impose et la classe sera prête à repartir pour continuer d’autres projets, comme celui d’écrire une critique musicale pour « Chroniques lycéennes » ou encore celui de participer au projet Lycéens au cinéma.